54 minutes de Marieke Nijkamp.


Parution : 2 novembre 2017 – Hachette Romans                 Prix : 15€90
Pages : 290            Genre : contemporain         Site de l'auteur


Vous avez sans doute entendu parler de ces tragédies évoquées dans les faits divers : un adolescent qui ouvre le feu sur ses camarades de lycée. C'est un sujet d'actualité récurrent ces dernières années aux USA. A travers son oeuvre fictionnelle 54 minutes, Marieke Nijkamp aborde ce sujet brûlant, les fusillades en milieu scolaires, qui rappelle Hate List de Jennifer Brown. Ce court roman de 290 pages, repose sur un thème actuel, les tueries de masse, et l'histoire n'en est que plus glaçante. L'auteure se sert de cette réalité pour apporter plus de poids encore à son intrigue. 

Dés les premières pages, on ne peut s'empêcher d'avoir la boule dans la gorge, parce qu'on sait pertinemment ce qui va se passer. L'irréparable se produit, minute après minute. On se figure sans mal la détresse, l'angoisse et le supplice auxquels lycéens et enseignants font face. Ils nous explosent en plein visage et le lecteur n'est qu'un impuissant témoin de cette tragédie. Son rythme, à la fois lent et effréné, minute après minute, rend le roman anxiogène. 

Quand on sait que le droit de posséder une arme à feu est garanti par le deuxième amendement de la Constitution des États-Unis d'Amérique, c'est révoltant et terrifiant. Depuis plus de vingt ans, on compte des tueries en milieu scolaire presque chaque année, aussi bien aux Etats-Unis que dans les autres pays. On peut être tenté de se demander quelle est la morale de ce livre. Je suppose qu'en plus de chercher à nous décrire l'horreur de l'acte, Marieke Nijkamp a essayé de donner des réponses aux questions suivantes : Comment peut-on en arriver à tirer sur ses camarades ? Qu'est-ce qui se cache vraiment derrière le masque d'un meurtrier ? Est-ce qu'il existe des raisons valables qui puissent justifier un acte aussi dévastateur ? Et elle nous laisse nous faire notre propre opinion sur la question …

On a tendance à oublier
 la beauté de l’instant, la brièveté terrible de l'existence. N'oubliez pas quelques minutes peuvent changer une vie. 54 minutes ont suffit pour ces lycéens et ces enseignants;

Merci beaucoup à mes soeurs, Julia et Adeline, pour ce cadeau.


Avez-vous lu ce roman ? Qu'en avez-vous pensé ?
Vous sentez-vous capable de le lire ?


A bientôt sur Un Brin de Culture,

Prochain article culture à chroniquer > Bloggers', un magazine littéraire.

2 commentaires :

  1. Lu à sa sortie et j'en ai eu des frissons durant toute la lecture. Difficile et poignant.

    RépondreSupprimer
  2. JJe ne connais pas ce livre. Je ne sais pas si je serais capable de prendre du plaisir à le lire, étant données les circonstances mais c'est intéressant d'écrire à ce sujet. Si seulement ça pouvait éveiller les consciences.

    RépondreSupprimer

Merci pour cette visite et ce commentaire petit chat ♥

Designed by OddThemes | Distributed by Gooyaabi Templates